Musique

Toujours debout, toujours vivant, pour nous les sauvageons.

La voix est plus rauque, mais les mots sont là. Toujours debout, c’est bien du Renaud. Voilà un retour propre et assumé qui ne marche pas à l'ombre. Toujours debout, toujours vivant, pour nous les sauvageons.

Renaud  rassure d’abord ses fans – « J’suis retapé, remis sur pieds, droit sur mes guibolles, ressuscité » – avant de répondre à ses détracteurs – « Ils m’ont cru disparu, on me croit oublié. Dites à ces trous du cul, qu’j’continue d’chanter ».

 

Le single est celui d’un phœnix qui amorce son retour. Un regard sur le temps qui passe (« Tous ceux qui tombent autour de moi, c’est l’hécatombe, c’est Guernica »), un retour sur son silence (« Je fais plus les télés, j’ai même pas Internet, arrêté de parler aux radios aux gazettes »). Mais c’est surtout le texte d’un homme qui veut aller de l’avant. Si le chanteur n’a plus de flingue dans sa poche, ni de foulard rouge autour du cou, il garde sa gouaille et son verbe percutant :

« Et que celui qui n’a jamais titubé, me jette la première bière ».

 

Dans ce single, qui précède son nouvel album attendu au « printemps », Renaud exprime sa joie de pouvoir chanter à nouveau : « Trop content de vous retrouver, je veux continuer nom de nom, continuer à écrire et à chanter. Chanter pour tous les sauvageons. »

 

Ce nouvel album de Renaud devrait notamment contenir des chansons inspirées par les attentats ayant frappé la France en 2015, baptisées J’ai embrassé un flic et Hyper Cacher, a-t-il révélé dans plusieurs médias. Le titre de l’album n’a pour le moment pas été communiqué. L’auteur de Laisse béton avait aussi annoncé qu’il allait « refaire de la scène (essentiellement des Zénith) » en 2016.

Code à intégrer Normal Grand

Advertisement

À lire aussi sur RankBank
Commenter