Autre

Sortez couverts

Le rejet des particules fines de nos véhicules concernent autant les moteurs essence que les moteurs diesel... Sortez couverts

Un bras de fer s'engage autour de l'essence. Les moteurs diesel sont-ils vraiment les seuls responsables de l'émission de particules fines dans l'atmosphère ? C'est à cette question que tentent de répondre les États membres de l'Union européenne, les constructeurs automobiles, des ONG de défense de l'environnement et la Commission européenne, alors que doivent être définis les contours de la réglementation des émissions polluantes des véhicules thermiques.

Depuis quelques années, les constructeurs, poussés à fabriquer des moteurs moins polluants, ont équipé leurs véhicules de moteurs dotés de trois à quatre cylindres turbo à injection directe. La plupart des voitures sont désormais conçues à partir de cette technologie, ce qui implique un rejet de particules fines qui concerne également les moteurs à essence.

 Les experts estiment que d'ici à 2030, les voitures essence pourraient émettre davantage de particules fines que les véhicules diesel. Toute la question réside désormais dans la solution à apporter à ce constat inéluctable. Pour limiter ces émissions, il faudrait installer sur chaque nouveau véhicule un filtre à particules, dont le prix est généralement cinq à dix fois moins cher que ceux compatibles avec un moteur diesel. Les constructeurs exigent aujourd'hui de pouvoir dépasser les seuils d'émission de 300 %, quand l'Union européenne laisse entendre ne pas autoriser un dépassement outre 50 %, comme pour les moteurs diesel.

Code à intégrer Normal Grand

Advertisement

À lire aussi sur RankBank
Commenter