Sport

Raonic pousse Wawrinca dans les filets et affrontera bientôt Monfils

Pour une place en demi-finale, Monfils retrouvera mercredi 27 janvier le Canadien Milos Raonic (14e), tombeur en cinq manches du Suisse Stan Wawrinka. Raonic pousse Wawrinca dans les filets et affrontera bientôt Monfils

Le premier vrai choc du tournoi a failli se déballonner d’une drôle de façon. Beaucoup grâce à Milos Raonic, impressionnant dans son imitation plus vraie que nature du rouleau-compresseur. Pas mal à cause de Stan Wawrinka, pas vraiment inspiré ce lundi en huitièmes de finale de l'Open d'Australie, pour ne pas dire fade. Du moins pendant deux sets et demi. Long à la détente, mené 6-4, 6-3, 2-1 et balle de break sur la tempe, le Suisse est finalement sorti de sa coquille pour recoller à deux sets partout. Mais il n’a pas pu complètement retourner le cours des choses, s’inclinant 6-4, 6-3, 5-7, 4-6, 6-3 (en 3h45).


Jusqu’à 4-4 au premier set, personne n’avait connu de danger sur son service. Et puis, il aura suffi d’un robuste passing en revers du Canadien puis d’une paire de coups droits punchés pour qu’une première différence se fasse. Ce break tardif, Raonic l’amena au bout du set sans sourciller. Le Suisse, qui avait jusqu’ici toujours battu le bombardier canadien (4-0), n’arrivait pas à l’empêcher d’avancer, de distribuer les pains en coup droit et de prendre le filet. En souffrance derrière ses secondes balles, en galère dans la diagonale des coups droits, il se fit encore breaker en toute fin de set.

A 2-1 Raonic au troisième set, le Vaudois écarta une balle de break qui valait sacrément cher. En restant au contact, il se donnait encore une chance d’apercevoir un peu de lumière. D’ailleurs, peu à peu, le Suisse sortait la tête du sac et à, 5-5, profitant d’une erreur de jugement de Raonic sur un passing et de deux coups droits forcés, Wawrinka breaka et remporta ce set. 

 

Fidèle à sa stratégie ultra offensive, Milos Raonic est monté 83 fois au filet, remportant 54 points (65%).

Code à intégrer Normal Grand

Advertisement

À lire aussi sur RankBank
Commenter