Politique

Quand on croit avoir touché le fond, il y a Trump.

Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est con. On est con. Le candidat à la primaire républicaine continue le show dans l’intolérance et la bêtise la plus totale. Quand on croit avoir touché le fond, il y a Trump.

Après les attentats du 13 novembre, le candidat à la primaire républicaine planche la carte sécuritaire. Donald Trump, qui est toujours en tête dans la course à la primaire républicaine, s’est illustré ces derniers jours par des déclarations qui ont suscité de vifs débats. Il a  affirmé lors d’un meeting organisé à Birmingham (Alabama) puis sur ABC que des arabes se seraient réjouis, dans le New Jersey, des attaques du 11-Septembre. 

 

Lors de ce même meeting, un incident racial a beaucoup fait parler de lui. Dans une ville à majorité noire, la quasi-totalité du public de Trump était blanc, à l’exception de Mercutio Southall Jr. Ce militant local a plusieurs fois interrompu le meeting au cri de «Black live matters» («les vies noires comptent»).

Une bagarre a alors éclaté entre lui et des partisans de Trump, divisés entre huées et applaudissements.  Sans surprises, le candidat républicain a demandé à le faire évacuer sans ménagement.

 

Donc pour ceux qui avaient encore des doutes, ou qui parlaient de renouveau dans le paysage politique nord-américain. C’est effectivement une bonne grosse nouvelle et abondante tartine de merde. Il est pour le port d'arme, il est raciste, homophobe, hyper conservateur, et n’oublions pas très, mais très con !

Code à intégrer Normal Grand

Advertisement

À lire aussi sur RankBank
Commenter