Politique

La loyauté politique en bois de Jean-Yves le Drian

On parle ici de 5512 euros, il est quand même ministre de la défense en même temps. Il ne renoncera pas au cumul de ses deux mandats... La loyauté politique en bois de Jean-Yves le Drian

Le ministre de la Défense récemment élu président de la région Bretagne, pense renoncer à ses indemnités d'élu régional. Une annonce dans ce sens devrait être faite dans le courant de la semaine prochaine.

 

Cumuler les fonctions, mais pas les indeminités. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense récemment élu président de la région Bretagne, pourrait renoncer à ses indemnités d'élu régional (5512 euros bruts par mois), et se contenter de ses indemnités de ministre (9940 bruts).  

 

Pendant sa campagne express, le ministre de la Défense avait prévenu les Bretons: s'ils l'élisaient à la tête de la région,il serait amené à cumuler ses deux fonctions pendant une durée indéterminée, eue égard à la situation de la France post-attentats du 13 novembre. Le tout avec la bénédiction du président de la République François Hollande.  

Sera-t-il président de région à temps partiel ?

 

Une décision très commentée notamment par son adversaire LR aux élections régionales, Marc Le Fur: "On ne peut pas avoir un président de région à mi-temps", a-t-il dénoncé à plusieurs reprises. "Les deux sujets sont parfaitement déconnectés, a expliqué Loïg Chesnais-Girard, premier vice-président du conseil régional et directeur de campagne. L'abandon des indemnités de président durera tant que Jean-Yves Le Drian assumera la double responsabilité." 

 

La confirmation du renoncement à ses indemnités de président de région ne ferait qu'entériner le fonctionnement de l'exécutif breton tel que prévu par le ministre de la Défense. Ainsi avait-il affirmé avant son élection, sur RTL: "J'ai auprès de moi à Rennes une équipe qui est prête à assurer la complémentarité de mes fonctions"  

Le Drian à Paris, et ses vice-présidents au charbon, en Bretagne.  

 

Code à intégrer Normal Grand

Advertisement

À lire aussi sur RankBank
Commenter