Politique

Autant en emporte la mer ou l'injustice divine.

Au moins 21 personnes, dont huit enfants, ont péri ce matin dans deux naufrages successifs au large des îles de Farmakonissi et Kalolimnos en mer Égée. Autant en emporte la mer ou l'injustice divine.

 

21 personnes, dont 8 enfants, ont péri dans la nuit de jeudi à vendredi 22 janvier dans deux naufrages successifs au large de Farmakonissi et de Kalolimnos, en mer Egée. Des dizaines de migrants sont toujours portés disparus, selon les premières informations des garde-côtes grecs.

 

Dans le premier naufrage, 48 personnes ont réussi à atteindre saines et sauves les côtes de Farmakonissi après que leur bateau s’est échoué sur des rochers, selon la police portuaire. Les corps de 6 enfants et d’une femme ont été repêchés par les garde-côtes à la suite de ce naufrage.

Quelques heures plus tard, une autre embarcation a chaviré au large de l’îlot Kalolimnos. La police portuaire a pour l’instant repêché 14 morts, dont deux enfants, et neuf femmes. Au total, 26 personnes ont survécu à ce deuxième naufrage mais, selon les déclarations de rescapés, il y avait des dizaines de personnes sur leur bateau en provenance des côtes proches turques.

 

Jeudi, au moins 12 migrants, dont des enfants, sont morts noyés au large des côtes occidentales de la Turquie après le naufrage de leur bateau qui tentait de rejoindre les îles grecques. Les garde-côtes turcs ont pu sauver 28 personnes.

Malgré les conditions météorologiques hivernales – la neige a fait son apparition ces derniers jours à Lesbos – les arrivées sur les îles grecques de migrants à bord d’embarcations de fortune en provenance des côtés turques et à destination de l’Europe occidentale se poursuivent sans cesse depuis le début de l’année.

Code à intégrer Normal Grand

Advertisement

À lire aussi sur RankBank
Commenter